31/05/2010

Pour mieux me connaître....

Laurent LOUIS, 30 ans, Traducteur-réviseur, Nivelles.

 Tête de liste à la Chambre pour le Brabant wallon


IMG_4154.JPG

1. Pourriez-vous vous présenter en quelques mots ?

Mon nom est Laurent LOUIS, je suis né le 29 février 1980 à Nivelles où j'habite actuellement en compagnie de mon épouse. Après des études de latin grec au Collège Ste Gertrude de Nivelles, j'ai suivi le droit à l'UCL. Je travaille comme traducteur-réviseur dans la société de traductions de mon épouse. Notre société est spécialisée dans les traductions à caractère juridique. D'un point de vue politique, j'ai toujours été très actif au sein du MR. J'ai été Président des Jeunes MR de Nivelles et collaborateur politique de la Députée Florence Reuter.

 
2. Qu’est ce qui vous a poussé à rejoindre le Parti Populaire ?

En tant que Président des Jeunes MR de Nivelles, je ne me retrouvais plus du tout dans le message porté par le MR. Je trouvais ce message trop centriste. En voyant aussi comment tout fonctionnait en interne, je me suis dit qu'il était temps de changer ces mécanismes. Je ne pouvais supporter le pouvoir pour le pouvoir. Je voulais porter des valeurs de justice et de responsabilité mais cela n'était plus possible dans un parti qui donnait la priorité au pouvoir par rapport au respect de ses engagements envers les citoyens. C'est ainsi que j'ai décidé de rencontrer les responsables du Parti Populaire. A l'avenue Molière, j'ai découvert un esprit positif, une réelle volonté de faire changer les choses et de donner la priorité aux citoyens. Enfin, un parti partageait complètement ma vision de la société et de mon pays. Enfin , je trouvais un parti où il était permis de dire que si nous avons bien des droits, nous avions aussi des devoirs, des responsabilités. Un parti qui osait dire tout haut ce que chacun d'entre nous pense tout bas. Un parti qui osait parler sans tabous de sujets comme la sécurité ou l'immigration. Un parti qui se voulait ferme mais respectueux des droits et libertés de chacun d'entre nous. Immédiatement, j'ai décidé de quitter le MR pour rejoindre ce parti qui selon moi sera le parti du changement, le parti du renouveau, le parti qui redonnera l'espoir à la population et qui sortira notre pays des crises qu'il connaît actuellement.

 
3. Si on devait vous confier un poste ministériel ou un "simple" siège de député, quels seraient vos priorités,
vos combats ?

Mes priorités, c'est avant tout de conserver une Belgique unie et de donner aux belges l'envie d'apprendre à connaître la culture de l'autre communauté linguistique. Nous avons tous tellement de choses à y gagner. Nous disposons en Belgique d'une telle richesse qu'il est malheureux de ne pas en profiter. Je voudrais inciter la population à apprendre la langue de l'autre en généralisant les immersions linguistiques et en améliorant la qualité des cours de langue dans l'enseignement primaire et secondaire.

Ma seconde priorité, c'est bien entendu la sécurité et la justice. Chaque belge a le droit de vivre en sécurité et de pouvoir disposer d'une justice rapide, rénovée et efficace. Il faut redonner aux policiers et à la justice dans son ensemble des moyens car il est inadmissible que notre justice soit parfois rendue, comme c'est le cas à Nivelles, dans les caves du Palais de Justice par manque de place ou de moyens financiers.

Ensuite, je me battrai aussi pour une immigration plus juste et mieux contrôlée. Il est intolérable que des immigrés puissent vivre chez nous en profitant des aides du CPAS ou du chômage. Tout immigré doit selon moi pouvoir justifier d'un emploi durable et réel pour pouvoir avoir accès au territoire comme cela se passe au Canada par exemple. Même si la Belgique doit rester une terre d'accueil pour les réfugiés politiques, elle ne peut accueillir ceux qui ne viennent chez nous que par pur intérêt pécunier.

Enfin, mon souhait le plus cher et mon combat sera également de sortir les gens de l'assistanat et de la pauvreté. Mon rêve serait qu'il n'y ait plus de sans-abris sur notre territoire car tout le monde a le droit de disposer d'un logement décent 


4. Avez-vous un modèle, un exemple en politique ?

Mon modèle d'un point de vue purement politique c'est Nicolas Sarkozy (avant qu'il ne devienne Président de la République). Je peux également citer Antoine Duquesne, Francis Delperée et nos Co-Présidents Mischaël Modrikamen et Rudy Aernoudt.

 
5. Pour terminer, quel est votre slogan pour défendre le PP ?

Le Parti Populaire, pour une Belgique unie et une société plus juste!

 

Laurent LOUIS

11:05 Écrit par Laurent LOUIS - D dans Actualité de Laurent LOUIS | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.