23/08/2010

Article dans La Libre Belgique du 21 août 2010

"Le" député PP fait des siennes

So. Dev.

media_xl_3838949.jpg

L’unique élu du Parti populaire, Laurent Louis, s’en prend aux Roms sur sa page Facebook. Mischaël Modrikamen, lui, “refuse toute langue de bois” sur ce dossier.

Laurent Louis apprécie la politique du président français Nicolas Sarkozy concernant l’expulsion des Roms. L’unique élu du Parti populaire l’a fait savoir sur sa page Facebook. Mais le député fédéral nivellois va plus loin, en écrivant : "Ces gens occupent des terrains illégalement, ne travaillent pas, n’ont aucune ressource financière et on voudrait nous faire croire qu’ils vivent d’amour et d’eau fraîche. Il est évident qu’ils doivent voler ou faire du trafic pour subsister."

A la RTBF, hier, il précisait : "Je ne pense pas qu’on puisse dire que ces gens vivent d’amour et d’eau fraîche. Inévitablement, ils doivent bien, à un moment donné, vivre de la mendicité, recourir à un trafic ou l’autre ou à des vols. Ne pas reconnaître ça, c’est de l’angélisme." Le Centre pour l’égalité des chances, qui a consulté la page Facebook de M. Louis, réagit : "On est face à des amalgames racistes très classiques entre les Roms des pays de l’Est et les gens du voyage qui habitent dans nos pays depuis des siècles. Il y a aussi des amalgames entre étrangers et délinquants. Il fait aussi allusion aux étrangers nord-africains. On a là la panoplie habituelle des amalgames et des stéréotypes racistes concernant les gens du voyage et les étrangers."

Le directeur Edouard Delruelle épingle une réponse de Laurent Louis à des internautes, où il suggère qu’il n’y ait "plus d’argent public pour ces étrangers qui ne paient pas d’impôts". Pour le directeur, on se trouve là "à la limite de l’incitation à la discrimination, et cela relève sans doute des lois antidiscrimination et antiraciste". Quant au fait qu’il s’agisse de Facebook, "selon la jurisprudence, il est assez clair que les sites sociaux ne relèvent pas de la vie privée. Mais c’est aussi pour cela que je suis relativement prudent. Dans l’incitation à la discrimination, on est dans le champ du pénal, il faut prouver l’intention de la personne, cela dépend du contexte." Pour le centre, "il est prématuré de parler d’action judiciaire. Mais on sera attentif aux prises de position de M. Louis dans les prochaines semaines, ainsi qu’à celles du PP. Et on attend une clarification, une prise de position officielle du PP."

Justement, qu’en dit le coprésident du PP ? Laurent Louis sera-t-il sanctionné ? A-t-il dérapé ? " Il n’est pas question de dérapage. On prend quelques phrases sur Facebook et on tente de monter une histoire. On n’entrera pas dans ce jeu." Et il n’y a pas de raisons que le député ne soit plus dans les travées parlementaires à la rentrée, balaie Me Modrikamen. "Laurent n’exprimait pas la ligne du parti, il exprimait un sentiment. Il a exprimé une position qui n’est pas la position du PP, laquelle est vaste et nuancée. Mais nous lui dirons qu’il faut être prudent pour éviter les amalgames. On voit que quelques lignes, cela peut être exploité, que cela peut être mal interprété par des gens mal intentionnés."

L’avocat détaille la position du parti : "Le PP pense qu’un Etat doit rester maître de son flux migratoire et de ses frontières, et qu’il y a déficit dans ce domaine en Belgique. Nous soutenons entièrement la politique de Nicolas Sarkozy en matière de démantèlement de camps roms et d’expulsions. Mais le PP n’acceptera jamais la moindre forme de racisme, qu’elle soit relative à une communauté, une religion Sur les Roms, nous refusons toute langue de bois. Je suggère que le directeur du Centre pour l’égalité des chances lise l’étude "Approche des groupes d’auteurs itinérants" - un nouveau vocable pour les Roms notamment - sur le site de la police fédérale, qui analyse l’importance des bandes de l’Europe de l’Est dans la délinquance et qui indique que ‘le degré d’activité des auteurs itinérants dans le cambriolage d’habitations privées reste élevé’." Me Modrikamen poursuit : "Forcément, les personnes migrantes qui viennent ici sans revenus, sans travail, doivent bien vivre de quelque chose. La vannerie, c’est dépassé ! Il y a bien un lien qui est fait entre une forme de délinquance dans les habitations et les migrants. A partir de ce constat, il ne faut pas faire d’amalgames, ils ne sont pas tous délinquants ". Mais il ajoute :"Tout qui est de bonne foi dans la population sait que quand un camp s’installe, dans les 15 jours, il y a une recrudescence des vols " Et d’affirmer : "Tant qu’on n’accepte pas la réalité, on ne peut pas mettre en œuvre une politique, dans le respect des droits de l’homme."

Laurent Louis, enfin, ne souhaitait pas commenter plus avant ses écrits "virtuels", renvoyant à son président. Mais il nous a confirmé qu’il n’avait pas effacé ses commentaires de sa page, expliquant que ce "n’était pas son style" de revenir sur ses paroles. En soirée, tombaient les premières réactions politiques, le CDH dénonçant "l’amalgame raciste" du député PP.

 

 

12:11 Écrit par Laurent LOUIS - D | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.